Chauffage au bois : avantages et inconvenients

Bien que classique, le chauffage au bois continue de séduire bon nombre de foyers. Pour cause, cet appareil est robuste et authentique. C’est le cas du poêle à bois. Cependant, cet équipement n’est pas sans inconvénient. Dans cet article, nous allons voir les avantages et les points faibles d’un chauffage au bois.

Chauffage au bois : que des avantages !

Ce n’est pas pour rien que le poêle à bois fait de nombreuses adeptes à l’heure actuelle, c’est parce qu’il est plein d’atouts. Très prisé par nos ancêtres d’autrefois, celui-ci devient de plus en plus sophistiqué et moderne.

Le chauffage au bois en l’occurrence le poêle à bois est économique. Le bois est un bon combustible et il est le moins cher du marché. Il n’est pas non plus assujetti aux variations de prix comme les autres énergies entre autres le gaz et le fioul. De plus, le poêle à bois est autonome. Le bois suffit à lui seul pour chauffer vos pièces à vivre. Il n’a pas besoin d’une source électrique.

Contrairement aux idées reçues, le bois n’est pas du tout nuisible à l’environnement. Il faut reconnaître que ce combustible est très écologique, car le bois est une énergie renouvelable. Il n’aggrave pas l’effet de serre. De plus, le CO2 dégagé par le bois lors de sa croissance n’est pas différent du gaz qu’il dégage lors de sa combustion.

Le chauffage au bois comme le poêle à bois convient également à toutes les personnes. Il est facile d’utilisation, car il est dépourvu de nombreux gadgets de fonctionnalité. Enfin, l’appareil se montre original. Le feu de bois est authentique et convivial.

Quid des inconvénients du chauffage au bois ?

Comme tout autre équipement, le chauffage au bois a ses points faibles. D’abord, le poêle à bois requiert un approvisionnement régulier. Vous devez charger tout le temps votre poêle si vous voulez continuer de chauffer votre maison.

Ensuite, même si le poêle à bois est économique puisque le bois est le combustible le moins onéreux du marché, il faut reconnaître que ce chauffage au bois est très couteux. Il a un prix d’achat plus important que tout autre système classique.

Le poêle à bois est également difficile à installer. Vous devez faire appel à un professionnel pour poser votre chauffage au bois afin d’éviter les mauvaises surprises. Mais en faisant les points sur les avantages et les inconvénients de cet appareil, on peut dire que le poêle à bois est un système de chauffage plein d’atouts et qu’il mérite le détour. Vous vous demandez comment choisir poêle à bois ? Visitez ce lien.

quand mettre antimousse

Afin d’éviter le retour des mauvaises herbes sur votre toiture, un traitement anti-mousse s’avère nécessaire. N’oubliez pas qu’un simple nettoyage ne suffit pas pour déraciner complètement les mousses et les lichens, il faut la traiter. Si vous n’étiez pas connaisseur et vous voulez en savoir plus sur ce traitement, nous vous conseillons de suivre nos conseils dans cet article.

Pourquoi traiter une toiture ?

Notamment à cause de l’effet dû au changement climatique, il n’est certainement pas rare que des mousses et des lichens apparaissent sur votre toiture. En effet, non seulement ces mousses ternissent l’esthétique de votre toiture, mais également, elles détériorent l’état de cette dernière. Voilà pourquoi il faut en débarrasser au plus vite pour qu’elles ne puissent pas se multiplier sur votre toiture.

Il faut souligner que la prévention commence d’abord par le nettoyage de votre toiture. Si vous ne le faites pas, il se peut que le traitement ne tienne pas longtemps. Sachez que vous pouvez réaliser vous-même le nettoyage de votre toiture à condition que vous possédiez tous les outils nécessaires. On sait très bien que monter sur une toiture n’est certainement pas une mince affaire. Si vous souhaitez effectuer ce dernier, n’oubliez pas de respecter les règles de sécurité de base. Et le plus important est d’éviter de nettoyer votre toiture pendant que le temps est humide, car la toiture peut être glissante.

Pour que ce travail s’achève sans inquiétude, rien ne vous empêche de confier le nettoyage de votre toiture à un professionnel. Ainsi, il connaît mieux le produit nécessaire pour enlever les saletés qui se reposent sur celle-ci.

Quand appliquer anti-mousse ?

Comme l’on a dit tout en haut, nettoyer, sa toiture ne suffit pas pour éviter la colonisation des mousses et des lichens. Il vous est recommandé ainsi d’appliquer un traitement anti-mousse toiture. À titre informatif, le traitement anti-mousse ne vous garantit pas la disparition totale des mousses, mais en général, ce dernier permet de supprimer les mousses pendant un bout de temps.

Après avoir nettoyé votre toiture, vous pouvez ensuite appliquer le produit. Pour ce faire, vous devez utiliser un pulvérisateur afin de répandre ce dernier. Certains produits anti-mousses nécessitent un bon rinçage après quelques heures tandis que d’autres n’ont pas besoin. Et il faut noter que le choix du produit que vous devez utiliser dépend de la nature de votre toiture. Il ne faut pas oublier que chaque produit doit convenir pour chaque usage afin de ne pas causer d’autres dommages. Préférez après cela d’appliquer également un produit hydrofuge afin de prévenir l’apparition de l’humidité.

En outre, une à deux fois par an suffiront amplement pour démousser et nettoyer votre toiture. Le meilleur moment pour procéder à ces derniers est au printemps et à la fin de l’automne. Veuillez également vous assurer qu’il n’y a aucune pluie pendant les deux ou trois jours précédant.

renovation maison colombage normandie

Une maison colombage semble ancienne, mais très belle à voir si vous en prenez bien soin. Comment faire pour entretenir ce genre d’habitation ? Nous allons essayer d’apporter des réponses dans ces quelques lignes.

C’est quoi une maison colombage d’après vous ?

Ceci est une forme de maison datant du Moyen-âge dont la formation se fait grâce des poutres parfaitement placer sur de la pierre et dont la fixation est réalisée avec des tenons et des mortaises. Sachez que ce genre de bâtiment est à la fois solide et très bon à voir. Le colombage était auparavant rempli avec un hourdage avec un bon mélange d’argile et de sable.

Commencez par un bon diagnostic avant de commencer la rénovation de la maison

Vous devez comprendre qu’aucune rénovation ne peut être faite sans que vous fassiez un diagnostic avant. En effet, cela est nécessaire afin de vous éviter des ennuis après surtout concernant les normes à suivre concernant la rénovation thermique. Le diagnostic devrait vous laisser le temps de vérifier l’alimentation électrique de la maison tout comme le gaz. Vous devriez aussi savoir si des plombs sont implantés dans les canalisations ainsi que la présence d’amiante dans la toiture. Ne négligez surtout pas les boiseries et les charpentes. Enfin, vous devriez aussi prendre en compte les structures primordiales de la maison afin que vous puissiez intervenir plus facilement.

Vous pourriez alors vous concentrer sur l’isolation du bâtiment

En effet, vous pourriez trancher plus vite sur l’isolation que vous devriez faire après la réalisation du diagnostic. Pour une isolation intérieure, vous devriez être en mesure de trouver du béton cellulaire qui vous garantira une parfaite isolation thermique et phonique. Cela vous évitera alors une perte d’espace à l’intérieur de votre habitation tout en lui donnant un nouveau souffle. Notez que le béton cellulaire est un isolant très facile à découper.

Une isolation extérieure quant à elle vous évitera à coup sûr une perte d’espace interne. En outre, vous aurez à entreprendre de lourds et longs chantiers. Concernant la toiture, pensez à adopter une isolation respirant qui vous offrira l’opportunité de réguler l’humidité à l’intérieure tout en vous assurant de l’état de la charpente. Sachez que ce genre d’isolation peut se faire avec des plaques de laine de bois ou des plaques de liège ainsi que de la ouate de cellulose. Des matériaux parfaitement capables d’accueillir de l’enduit à la chaux.

Pensez aussi à vos poutres

N’oubliez pas que les poutres sont les piliers d’une maison colombage. C’est pour cela que vous ne devriez pas les laisser de côté quand vous ferez une rénovation. Pour cela, vous n’aurez qu’à opter pour un sablage que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison. Si jamais le bois est pourri, commencer par boucher les trous avec des armatures métalliques ou de la pâte à bois. Sinon, vous pourriez couper la partie endommagée afin de la remplacer avec une poutre avec les mêmes mesures.

quand peindre sa facade

La façade de notre maison est une partie importante de celle-ci, et il est nécessaire que nous en fassions l’entretien de manière périodique. En outre, faire cela se compte parmi nos obligations vis-à-vis de notre commune et mairie, qui nous indique qu’on doive faire le ravalement de la façade une fois tous les dix ans au moins.

L’intérêt de la commune dans votre façade

En étant membre d’une commune donnée, on est un des éléments d’un tout qui projette une image spécifique, et les communes en général tiennent à cœur de prendre soin de l’image qu’elles donnent. C’est important d’être bien perçu par l’extérieur, autant sur le plan des relations commerciales avec les autres villes, mais aussi les villes d’autres pays, que sur le plan du tourisme. Quand une ville est belle, de plus en plus de gens se plaisent à la visiter, et elle laisse une bonne impression auprès des potentiels partenaires commerciaux.

Pour qu’une commune ait belle allure, il est important que l’ensemble des maisons et bâtiments qui la composent suivent une certaine « charte visuelle », et cela pour répondre à un besoin d’homogénéité. Des maisons aux couleurs trop disparates feraient trop mauvais effet, mais il n’est cependant pas question non plus que toutes les maisons se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Il est aussi crucial pour votre commune que votre façade ne soit pas en trop mauvais état, et cela pour les mêmes raisons évoquées plus haut.

Peindre sa façade au moins tous les 10 ans

Cette durée est la moyenne auprès des communes en ce qui concerne le ravalement obligatoire de votre façade. Il est estimé qu’au cours de cette durée, la durée de vie des éléments comme la peinture, mais aussi les enduits, peut s’être assez délabrée pour nécessiter une remise à niveau. Vous n’êtes cependant pas tenus de devoir attendre ce délai avant de procéder au ravalement de votre façade. Au cours de cette période, il se peut que différents problèmes comme l’apparition de mousse ou de fissures sur l’enduit aient lieu.

La durée de vie de votre façade dépend de la manière dont les travaux relatifs à sa mise en place ont été faits. Si les travaux ont été effectués de manière convenable, par des professionnels possédant les connaissances requises pour mener cette tâche à bien, on peut espérer que le tout durera plusieurs années sans que des soucis soient à constater. Autrement, vous seriez probablement amenés à faire des travaux d’entretien plus tôt que prévu.

Quelle période de l’année convient ?

Vous ne pouvez pas non plus peindre votre façade quand vous le souhaitez, et en outre, il est préférable de choisir une partie de l’année où les conditions sont favorables. Les saisons froides sont à proscrire, parce que ne souhaitez certainement pas passer plusieurs heures au dehors de chez vous dans le plus grands des froids à repeindre votre mur.

Les saisons pluvieuses sont aussi à éviter, dans la mesure la pluie rendrait difficile de donne un bon temps de séchage à votre peinture. Il nous reste donc les parties de l’année avec une température externe supportable, et pendant lesquelles le vent et le soleil seront vos alliés pour permettre à la peinture de sécher plus rapidement.

Avantages et inconvénients d’une porte blindée

Les portes sont les points sensibles de la maison en cas de cambriolage. Particulièrement la porte d’entrée qui s’avère être l’accès préféré des cambrioleurs pour espérer s’introduire par effraction dans l’habitation. C’est pourquoi il faut immédiatement y remédier et renforcer toutes les ouvertures surtout la porte principale. Pour ce faire, pensez à retirer les anciennes portes et à les remplacer par des modèles blindés. Découvrez justement ci-dessous les avantages et les inconvénients de ce type de porte.

Une porte blindée aux multiples avantages

Ça ne fait aucun doute, la sécurisation de la maison est la principale préoccupation de la porte blindée. Mais pour cela, il faut d’ores et déjà retirer tout ce qui constitue l’ancienne porte à commencer par son bâti. Ensuite, il vous suffit juste de mettre en place le bloc porte métallique. On se sent déjà en totale sécurité avec ce bloc entièrement en acier ou en métal. Tous deux sont des matériaux phares pour garantir la solidité et la durabilité de la maçonnerie.

Dotée d’une serrure à 3 voire à 5 points, la porte blindée bénéficie d’un niveau de sécurité hautement supérieur à celui d’une porte normale. En fait, ce type de serrure est presque impossible à forcer. Et selon les experts, le cambrioleur abandonne au bout de 5 minutes en voyant la résistance de la serrure. D’où justement l’intérêt de privilégier les serrures certifiées A2P capables de résister à une effraction en cours pendant au moins 10 minutes.

Son autre avantage est sa capacité à améliorer l’isolation tant thermique que phonique de la maison. Concrètement, une porte blindée réduit considérablement les nuisances sonores ainsi que les lumières solaires aveuglantes. Mais encore, cette installation vous permettra de faire des économies de chauffage et de climatisation. D’un autre côté, une porte blindée offre également la possibilité d’embellir votre demeure. Elle a vraiment le chic pour se fondre dans le décor. Sa présence ne fait que rehausser le style et la déco de votre intérieur.

Les inconvénients d’une porte blindée

Bien évidemment, un tel équipement de sécurité vaut certainement très cher. Et bien, vous avez raison, une porte blindée n’est pas accessible à tous les budgets puisqu’elle coûte trois voire quatre fois plus qu’un modèle classique. En plus, il y a l’installation qui doit obligatoirement être effectuée par un professionnel, lui aussi certifié. Un autre problème se pose également lorsque vous perdez vos clés ou quand vous les oubliez à l’intérieur. En effet, seul le professionnel qui l’a installé peut résoudre le problème.

quelle isolation choisir

Le choix de l’isolant mérite une attention particulière dans le cadre d’une construction ou d’une rénovation. La bonne nouvelle est qu’il existe en ce moment plusieurs types d’isolants. Pour faire un choix judicieux, cet article vous détaille les critères qu’il faut prendre en compte.

Les critères pour choisir un isolant

Autant de critères sont à prendre en compte dans le cadre du choix d’un isolant.

Ø Les performances thermiques : L’épaisseur du produit peut être déterminée à partir du coefficient de conductivité thermique. Cela permet d’obtenir le niveau d’isolation attendu. En cas de manque de place, il faut choisir celui qui dispose d’une bonne valeur de conductivité thermique.

Ø Le déphasage thermique : cet indicateur est surtout recherché en été. Il permet de lisser la chaleur entre le jour et la nuit.

Ø La régulation hygrométrique : Celle-ci exprime la capacité de l’isolant à absorber de grandes quantités de vapeur d’eau et à les restituer au cas où l’air ambiant deviendrait plus sec. Dans tous les cas, le matériau ne devrait pas perdre sa capacité isolante.

Ø Les performances acoustiques : l’isolant doit faire preuve d’une bonne isolation non seulement thermique, mais également phonique.

Ø La facilité d’installation : plus l’isolant est facile à installer, plus sa pose se fait d’une manière convenable. Cela permet notamment d’éviter les ponts thermiques.

Ø La durabilité du matériau : il est plus avantageux de miser sur un produit qui résiste à l’humidité, au tassement, au feu et aux rongeurs.

Ø La santé et le prix : concernant ce premier critère, il faut faire un bon choix puisque certains isolants contiennent des fibres irritantes pour les yeux, la peau et les poumons. D’autres émettent des gaz toxiques lorsqu’ils sont brulés. Il n’y a rien de plus avantageux que de miser sur un produit neutre.

Le choix de l’épaisseur de l’isolant

La question qui se pose souvent lorsqu’on choisit un isolant est : « quelle épaisseur choisir ? » Celle-ci se pose surtout pour l’isolation de la toiture et des murs. En effet, la réponse à cette question nécessite la prise en compte de toutes les contraintes possibles. Il faut surtout se baser sur la réglementation thermique pour savoir les valeurs d’isolations conseillées. Qui plus est, vous pouvez vous faire assister par un architecte. Il peut vous apporter son expérience et ses connaissances pour optimiser l’isolation de votre logement.

Les différents types d’isolant

Comme on l’a dit plus haut, il existe plusieurs types d’isolant.

Ø L’isolant minéral : il s’agit de la laine de roche, de la laine de verre, du verre cellulaire, de la vermiculite, de la perlite et de l’argile expansée.

Ø L’isolant naturel : vous avez un embarras du choix : fibres de bois, liège, chanvre, laine de mouton, lièvre, plumes de canard, panneaux de roseaux, ouate de cellulose, paille, laine de coton, toiture végétalisée, torchis.

Ø L’isolant synthétique : polystyrène extrudé, polyuréthane, polystyrène expansé, mousse phénolique

Ø Isolant nouvelle génération : vous avez un choix entre le brique monomur, le bloc monomur pierre ponce, le béton cellulaire, le bloc monomur en argile expansé, les panneaux isolants sous vide (PIV), le coffre isolant, la peinture isolante, et les aérogels.

Pour terminer, si vous voulez éviter les ponts thermiques et faire des économies d’énergie, nous vous conseillons d’optimiser l’isolation de votre isolation. Pour ce faire, vous pouvez choisir l’isolation en rouleau sous toiture. Celle-ci a l’avantage de mieux protéger les combles contre le froid et la chaleur.

Le volet roulant sans fil solaire

Vous vous demandez peut-être que choisir entre volet roulant électrique et volet roulant sans fil solaire. Vous êtes libre dans votre choix. Mais si vous souhaitez obtenir un équipement moderne et économique en termes d’énergie, pensez au volet solaire. Il permet de renforcer la sécurité et l’isolation de votre habitation. De plus, il est performant et se montre écologique. Dans cet article, nous allons voir ce qu’il faut savoir sur le volet roulant sans fil solaire.

Qu’est-ce qu’on entend par volet roulant sans fil solaire ?

D’abord, il s’agit d’un volet roulant motorisé. En effet, cet équipement peut s’ouvrir et se fermer automatiquement. Vous n’avez plus besoin de monter et descendre votre volet manuellement. Comme son nom le suggère, le volet roulant solaire est alimenté à l’énergie solaire. Il est équipe d’un panneau photovoltaïque qui capte les rayons du soleil. La chaleur sera ensuite transformée en électricité qui sera stockée dans une batterie. Cette dernière alimente le moteur du volet, et ce, pour vous permettre d’ouvrir et fermer votre ouverture automatiquement.

En ce qui concerne le système sans fil, ce type de volet roulant bénéficie de la technologie moderne. On l’appelle ainsi, car les éléments qui composent les volets roulants motorisés sont reliés entre eux par ondes radio.

Quelques avantages d’utiliser un volet roulant sans fil solaire

Il est difficile de citer tous les points positifs de cet équipement. Aussi, nous allons nous contenter de lister quelques avantages du volet roulant sans fil solaire.

Cet équipement vous évite le problème du réseau électrique. Comme il est sans fil, son installation se montre facile. En effet, vous n’avez pas besoin du câblage pour relier votre moteur et les autres éléments comme le panneau solaire. Par conséquent, vous n’avez pas à creuser votre sol ou le mur de votre maison pour raccorder les fils de votre motorisation de volet. Ce modèle convient parfaitement pour une construction ancienne.

Ensuite, le volet roulant sans fil solaire est écologique. L’énergie solaire est en effet une énergie propre et renouvelable. En outre, cet équipement vous assure un retour sur investissement rapide. Certes, le prix du volet roulant sans fil solaire est assez élevé, mais une fois installé, il vous permet d’économiser de l’énergie.

Enfin et non le moindre, le volet roulant sans fil solaire est durable. Il a été pensé pour résister aux agressions climatiques comme le vent, la chaleur et la pluie. Bref, cet équipement vaut le détour.

comment fabriquer un portillon en palette

Ne jetez pas les palettes, vous pouvez obtenir des objets décoratifs tendance en le customisant. Cette fois-ci, nous allons vous montrer comment transformer la palette en portillon. Vous verrez que le résultat vous plaira beaucoup.

Choix de la palette de bois

Il existe deux types de palettes que vous pouvez récupérer. La palette non marquée est souvent jetée, alors qu’elle peut être réutilisée. Elle est plus facile à démonter et vous pouvez facilement en trouver chez les commerçants, dans des magasins de bricolages et sur les chantiers. Ce type de palette est le plus utilisé par les bricoleurs et il est aujourd’hui présent dans le décor d’intérieur. Sinon, il y a également les palettes EUR EPAL qui sont généralement consignées et utilisées pour le transport des marchandises. Comme elles sont traitées et peintes, elles sont beaucoup plus résistantes. Mais seulement, elles sont un peu plus difficiles à démonter et elles sont lourdes. Beaucoup de designers se servent de la palette transformée en meuble pour apporter une touche contemporaine dans une pièce. Elle est aussi idéale pour créer un style bohème dans votre décor.

Préparation de la palette

Avant de la transformer en portillon, vous devez bien sûr préparer la palette de bois. Pour commencer, démonter les planches du dessus. Frottez-les et poncez pour éliminer la peinture et nettoyer le bois. Avec l’aide d’un pinceau, appliquez-y du produit traitant et peignez-les avec de la peinture spéciale extérieure. Vous pouvez le peindre de la couleur qui vous convient, harmonisez les couleurs en vous référant à celles de la façade de votre maison.

Conception du portillon

Une fois le traitement terminé, vous pouvez maintenant monter votre portillon en palette. Composez un cadrage avec l’aide de 4 planches : 2 traverses et 2 lattes d’extrémité. Percez et vissez pour les fixer entre elles. Placer ensuite des planches de la même manière que sur la palette. Sinon, vous pouvez les placer de façon asymétrique pour donner un style original. Avant de les fixer, marquez leur emplacement de chaque planche avec l’aide d’un crayon pour ne pas vous tromper sur les mesures.

Installation de la quincaillerie

Maintenant que le panneau du portillon est prêt, il ne vous reste plus qu’à le monter sur le poteau et à poser la serrure. Choisissez la fixation de votre portillon en fonction du poteau de soutien. Fixez les pentures sur les traverses haute et basse du portillon. Puis, fixez également les gonds sur le poteau à la hauteur adéquate. N’hésitez pas à faire le marquage pour ne pas vous tromper. Pour terminer, poser la serrure pour fermer et sécuriser votre portillon.

Pour l’achat de la quincaillerie, nous vous conseillons de visiter le site Label Habitation : https://www.labelhabitation.com/equipement-du-jardin.html?

quel type de chauffe eau choisir

Un chauffe-eau est surement l’un des appareils les plus utilisés dans un foyer surtout quand l’hiver arrive. Si vous pensez aussi à vous en procurer un, il est important que vous sachiez d’abord les différents types de chauffe-eau que vous pourriez trouver sur le marché. Cet article pourrait vous être utile dans ce cas.

Chauffe-eau solaire

Comme son nom l’indique, ce type de chauffe-eau est équipé de plusieurs panneaux solaires pour l’alimenter. Autrement dit, ces panneaux vont capter l’énergie solaire pour chauffer convenablement l’eau dans le ballon. Généralement, ce type d’appareil peut avoir une capacité entre 200 et 400 litres. Pour l’installer, vous n’aurez qu’à le mettre au même endroit que votre ancien chauffe-eau. Sinon, posez-le à l’endroit de votre choix si c’est la première fois que vous ferez cela. C’est de cette manière que vous déterminerez la place de vos panneaux (dans le jardin ou sur le toit). Notez aussi que ce type de chauffe-eau est parfaitement compatible avec la RT 2012. De plus, vous n’aurez qu’à bien nettoyer les panneaux avant de vérifier la pression du liquide caloporteur pour l’entretenir.

Chauffe-eau thermodynamique

Un chauffe-eau thermodynamique est quant à lui connu pour sa capacité à interpeller les calories de l’air pour fonctionner. Cela est dû au fait qu’il dispose d’une petite pompe à chaleur. Sachez que la capacité de ce type d’appareil peut aller de 150 à 270 litres. Par contre, vous pourriez le placer dans un endroit de 20 m3 minimum où doit se trouver une prise d’air ainsi qu’un rejet vers l’extérieur. De plus, un tel équipement est parfaitement économique et efficace. Ajouter à cela, son entretien ne devrait pas être difficile pour vous, car quelques contrôles vous suffiront.

Chauffe-eau à gaz

Le fonctionnement de ce troisième type de chauffe-eau se fait grâce à sa faculté à brûler le gaz qui servira à chauffer l’eau à l’intérieur. Toutefois, il ne peut prendre en compte que 50 litres d’eau au maximum. Par contre, notez bien qu’il vaut mieux acheter du gaz que de consommer de l’électricité vu que le premier est moins cher que l’autre. Quant à la mise en place, assurez-vous qu’il soit près d’un point de puisage afin que le raccordement et l’évacuation du gaz soient faciles. En plus de cela, son entretien est aussi une chose facile à faire.

Chauffe-eau électrique

Ce dernier type de chauffe-eau est toujours équipé d’une résistance électrique qui lui sert à chauffer la quantité d’eau placée dans le ballon. Sachez que vous pourriez avoir un modèle avec une accumulation capable de fonctionner durant les heures creuses. Qu’il possède une capacité de 50 ou 300 litres, celui-ci n’aura aucun mal à chauffer l’eau que vous voulez. Concernant sa mise en place, assurez-vous juste qu’il soit à une distance au dessous de 8 m des points de puisage. Notez aussi que vous n’aurez qu’à faire le bon branchement surtout au niveau de l’arrivée d’eau froide. Tandis que pour l’entretien, vous n’aurez qu’à vérifier régulièrement le groupe de sécurité.

comment installer un visiophone

Actuellement, si le visiophone est de plus en plus répandu sur le marché, ce n’est pas par hasard. Il nous permet non seulement d’optimiser notre sécurité, mais également, il nous procure un confort d’usage. Qui plus est, son installation est une chose facile qu’avec une petite notion en bricolage, on peut le faire nous-mêmes et nous épargnons le gaspillage d’argent pour le frais d’installation.

Focus sur un visiophone

Un visiophone ou un interphone vidéo est un système de sécurité et de contrôle d’accès très efficace et performant. Il est principalement utilisé dans une habitation ou dans les lieux de travail comme les bureaux ou les usines et nous permet d’avoir une communication audiovisuelle avec nos visiteurs. Pour ce faire, un visiophone est composé d’un boîtier qui sera placé dans la rue et peut être équipé d’un digicode pour renforcer la sécurité de notre habitation. Bref, entant qu’interphone, le visiophone est également équipé d’un émetteur appelé platine, un récepteur appelé combiné et une gâche électrique, celle qui nous permet d’ouvrir à distance et automatiquement la porte ou le portail. Par contre, entant qu’interphone vidéo, il est composé d’un écran et d’une caméra qui fonctionne avec des LED infrarouge et nous permet de voir dans le noir sans faire de lumière.

Les avantages d’un visiophone

Équipé sa maison ou son bureau d’un visiophone procure divers avantages. Si on ne parle que de la sécurité qu’il procure, il est vraiment satisfaisant. En effet, un visiophone permet d’identifier, visualiser et dialoguer avec ses visiteurs avant de décider de les ouvrir ou non. Dans ce cas, un visiophone nous évite la mauvaise surprise des personnes qui frappent dans notre porte. Qui plus est, même pendant notre absence, un visiophone permet de nous mettre au courant de tout ce qui se passe devant notre porte ou portail. Ainsi, il nous permet d’avoir un esprit tranquille même étant loin de notre habitation. Puis, l’installation d’un visiophone dans un immeuble ou une entreprise nous permet également de contrôler et filtrer les personnes qui y accèdent. Il suffit juste de l’équiper d’un clavier à code afin de ne donner accès qu’aux personnes en connaissance du code secret. Enfin, équipé d’une gâche électrique, le visiophone nous évite le gaspillage d’énergie tout en descendant de l’escalier, seulement pour ouvrir la porte à nos invités.

Les étapes de l’installation d’un visiophone

Comme nous l’avons dit plus haut, l’installation d’un visiophone est une chose facile, surtout, quand vous misez sur un visiophone sans fil. En effet, il ne demande que deux travaux notamment, la mise en place du combiné extérieur et l’installation du boîtier intérieur. Dans la première étape, vous aurez à identifier le mur le plus proche de la sonnette. Cela permettra à la caméra d’être vraiment utile. Ainsi, vous devez encastrer le support du visiophone dans une hauteur de 1,30 m au-dessus du sol. Puis, vissez-le et installez le visiophone dessus. Maintenant, passez à la deuxième étape, celle où vous installerez le boîtier intérieur tout en fixant le combiné et le socle contre le mur via des chevilles. Enfin, terminez le travail par le branchement nécessaire ou la vérification des pilles ou de la batterie.